Emile Girardeau

Emile GIRARDEAU
(1882-1970)

1882 Naissance à Luçon (Vendée)
1902 1908      Elève à l’Ecole Polytechnique, sous-lieutenant et lieutenant du Génie, Instructeur à l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussée
1908 1910   En congé sans solde, a établi en collaboration avec Joseph Béthenod ( qui devint membre de l’académie des Sciences) la première liaison radiotélégraphique dans des pays tropicaux
( liaison Brazzaville-Loango)
1910    Il fonde la Société Française Radio-électrique ( S.F.R.) qui devait assurer le premier essor de 1'industrie frangaise dans le domaine de la Radio-Electricité.  Le succès de la technique originale utilisée pour la première radiocommunication sous les tropiques a permis à la S.F.R. de s’assurer une activité internationale dès avant 1914.

1914
1918

Mobilisé à l'Etablissement central de radiotélégraphie militaire
( auprès du Colonel Ferrié). Affecté en 1915, par le général joffre, à l'instruction, en matière de radio-électricité, des officiers aviateurs aux Armées.

1919  Promu Chevalier de la Légion d’Honneur pour services de guerre
1922

Il propose la création d'un service public d'information et de musique...et crée en 1922 le premier poste privé de radio en France RADIOLA. La radiodiffusion française était née A cette époque, seule l'armée diffuse des émissions régulières depuis le Poste de la Tour Eiffel inauguré en 1921. 

 

1919
1939

Il dirige la Société Francaises Radio-électrique (études et construction de matériel radio-electrique) et la Compagnie Générale de Télégraphie Sans Fil (CSF) ( établissement de liaisons radioélectriques internationales ) et il entame des négociations dans tous les pays avec lesquels des liaisons directes par radiotélégraphie semblent utiles à la France. ( En 1957, les deux Sociétés ont été fusionnées).

1931 Commandeur de la Légion d’Honneur

1931 
1939

    

Il crée le Centre de recherches techniques de la CSF .
C'est à l'équipe dont il était le chef que l’on doit le RADAR (1934) dont le développement considérable par nos alliés, sur les bases apportées par les Français,  fut l’un des facteurs techniques les plus importants de la victoire.

Il construit en 1939 le Centre Radar pour la défense de Paris contre avions et le détruit en juin 1940.  Aussitôt l’invasion, il crée une nouvelle usine hors de la zone occupée à Lyon (1940) et, dès janvier 1941, il établit à Alger une entreprise de construction et d’entretien de matériel de transmissions, dont l'usine entre en service au début du mois de Juillet 1941.  Cette usine a rendu de grands services aux Forces de la France libre. A la même date, étant Directeur général de la Société Radio-Orient, il met à la disposition de la France Libre, par un ordre transmis par voie anglaise, le personnel de Radio-Orient à Beyrouth.

1939    1944    En 1944, s’étant mis en rapport dès le 7 juin avec les Forces Alliées de débarquement, il reçoit du Commandement ( SHAEF ) la mission de préparer le rétablissement des radiocommunications.  Il y parvient dans un très court délai grâce à l’utilisation d’un important matériel dissimulé à l’ennemi pendant l’occupation.
1945   Membre de l’Académie de Marine
1946 1960

Obligépour raison de santé, de réduire son activité industrielle, il résilie ses fonctions de président-directeur général d'entreprises de construction radioélectrique.  Il accepte toutefois la présidence, de deux sociétés de services publics assurant des radiocommunications internationales : Radio-France et Radio-Orient, et devient président d’honneur et conseil de la  CSF

                    

1954    

Membre de l’Académie des Sciences morales et  politiques.

Emile Girardeau, Académicien

1970 Mort à Paris.

 

  Cependant la vérité est autre

Brevet francais / juillet 1934

Brevet anglais / septembre 1935

Maurice Ponte la realisation effective de matériels opérationnels Encyclopédie de la radio 1936:
Détecteur d'obstacles
  la Mission Tizard   septembre 1940

brevet déposé aux USA 1939